Actus

Limiter les routes à 80 km/h : Bonne ou mauvaise idée ?

Chaque année c’est plus de 70 000 blessés et 3500 victimes qui trouvent la mort sur les routes en France.  Edouard Philipe a annoncé mardi une série de mesures visant à réduire le nombre de morts sur les routes françaises. L’une d’entre elles suscite de vives réactions : la limitation de vitesse réduite à 80 km/h sur plus de 400 000 routes secondaires à double sens du territoire. Une décision très critiquée par la ligue de défense des conducteurs qui voit cette mesure comme un énième moyen de les sanctionner.

 

Edouard Philipe veut « sauver des vies »

Le premier ministre assume cette décision, il est déterminé à « agir sur les comportements des conducteurs ». L’opinion publique ne l’effraie pas et il se dit même être « prêt à être impopulaire » si cela permet de sauver des vies, cette mesure rentre dans le plan d’action pour y parvenir. La sécurité routière est un combat historique qui s’accompagne à chaque fois par de nouvelles lois plus strictes les unes que les autres. La législation a commencé à se durcir en 1973 lorsque le nombre de morts était de 15 469 avec le port de la ceinture obligatoire.  Mesure déjà très critiquée à l’époque.

 

6 pays ont déjà adopté cette mesure en Europe

Limiter la vitesse pour réduire le nombre de morts, c’est l’argument décisif de l’état sur ce dossier. Est-ce pour autant véridique ? Six pays européens ont déjà adoptés cette mesure (Pays-Bas, Suède, Finlande, Danemark, Irlande, Malte) et tous affichent un nombre de mort par millions d’habitants plus bas que la  France. Avec 54 morts par million d’habitants elle est encore loin de la Suède qui affiche en tête moins de 27 morts par million d’habitants. Statistiquement la vitesse reste avec l’alcool le facteur le plus important des accidents mortels.

Les pays ayant déjà adoptés la réglementation

 

Les routes à 90 km/h cumulent 55% des accidents mortels

C’est aussi pour sécuriser des routes particulièrement dangereuses que ce projet de loi vient à bout. Chaque année les routes à deux sens limités à 90 km/h dont les voies ne sont pas séparées cumulent 55% des accidents mortel (1911 tués). Matignon estime ainsi pouvoir sauver « 350 à 400 vies par an » ce qui est non négligeable.

 

La RCEA, route la plus meurtrière de France

La RCEA est un bon exemple de routes dangereuses qu’il est nécessaire de sécuriser. Elle traverse la France d’est en ouest et est très prisée par poids-lourd venant de toute l’Europe. Recensant le triste record du nombre de morts, cette route que l’on appelle « route de la mort » est 4 fois plus dangereuse que les autres. Dépassements dangereux, collisions frontales et accidents tragiques sont le quotidien de cette voie à double sens. Sur la RCEA, la mesure est nécessaire.

La RCEA est un axe très emprunté

59% des Français se disent défavorables à la mesure

Les français voient ça d’un d’un mauvais œil. Selon un sondage Harris interactive pour RMC et Atlantis, 59% des personnes interrogées sont défavorables à la mesure. Et 82% d’entre eux estiment même que le premier objectif est d’augmenter les contraventions collectées par l’état. Véridique où pas, le débat est lancé.

Article précédent

Conseils : Entretenir sa voiture l'hiver

Article suivant

Top 10 des voitures des Chefs-d'États dans le monde monde